"Covid 19 et les sans abris » de Simonne Herrmann, chirurgien urgentiste à St Thomas’s Hospital

  • Par
  • Le 07/07/2020

Sr Simone Herrmann travaille comme médecin urgentiste aux urgences de l'hôpital St Thomas, le centre de traitement COVID19 pour le centre et le sud de Londres. Son service des urgences reçoit encore un grand nombre de personnes dormant dans la rue, principalement le soir et pendant la nuit, lorsque tous les services d'assistance sont fermés. Si les patients se portaient trop bien pour une admission, ils devaient inévitablement être renvoyés dans la rue, ce qui mettait le personnel très mal à l'aise. Depuis le début du mois de mai, une nouvelle coopération existe pour les patients sans-abri présentant les symptômes d'une infection COVID-19 et qui n'ont pas besoin d'être hospitalisés : Les urgences peuvent désormais orienter directement ces patients vers COVID Care, un nouveau centre de soins dans un hôtel vide, géré par MSF ("Médecins sans frontières") et l'hôpital de l'UCL.  Les autres patients sans domicile fixe peuvent recevoir un simple téléphone portable lorsqu'ils se rendent aux urgences en dehors des heures de travail, de sorte que l'équipe des sans-abri de l'hôpital puisse plus facilement les suivre le lendemain et les orienter vers les autorités locales pour un logement temporaire. Sœur Simone estime que "les relations humaines sont devenues si précieuses lorsqu'on conseille la distanciation sociale et que de nombreuses portes sont fermées pour ces personnes". Mais les urgences restent ouvertes 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, non seulement pour les problèmes médicaux, mais aussi pour un mot d'amitié ou une simple tasse de thé et un sandwich".

Alors que la pandémie se propage dans tout le pays, elle révèle la grande inégalité sociale qui existe depuis longtemps dans notre société. Les moins privilégiés sont les plus durement touchés et ceux qui étaient déjà en difficulté au début se posent des questions encore plus pressantes pendant un confinement prolongé : Où puis-je trouver de la nourriture ?  Où puis-je trouver un abri, un lieu sûr ou pour dormir ? Pourrai-je avoir accès à une aide médicale ? En plus de fournir un soutien urgent, les Medical Mission Sisters défendent les personnes que nous servons et participent à des campagnes aux côtés d'autres organisations caritatives pour un droit au logement, à un congé de séjour ou à un accès sûr à l'aide médicale. Nous ne pouvons pas revenir aux mêmes structures sociales et économiques injustes, mais nous devons construire une société où tous peuvent vivre en paix et en sécurité.

COVID 19 and rough sleepers

Sr. Simone Herrmann works as emergency physician in the A&E of St Thomas’ Hospital, the COVID19 treatment centre for Central and South London. Her Emergency department still sees a high number of rough sleepers, mainly in the evenings and during the night when all support services are closed. If patients were too well for an admission they inevitably had to be discharged back into the streets, something that made staff members feel very uncomfortable. Since the beginning of May a new cooperation exists for those homeless patients showing symptoms of a COVID-19 Infection and who do not need hospital admission: ED can now directly refer these patients to COVID Care, a new care facility in an empty hotel, run by MSF (“Médecins Sans Frontières”) and the UCL Hospital.  Other homeless patients can be provided with simple mobile phones when attending ED out of hours, so that the hospital homeless team can more easily follow them up the next day and refer them to local authorities for temporary housing. Sister Simone feels that “human relationship has become so precious when social distancing is advised and many doors are closed for these people. But A&E remains open 24/7, not only for medical problems, but for a friendly word or a simple cuppa tea and a sandwich.”  

While the pandemic spreads across the country it reveals the great social inequality in our society that has already existed for long. The least privileged are hardest hit and those who were already struggling at the beginning have even more pressurising questions during a prolonged lockdown:  Where do I get food?  Where can I find a shelter or a safe place or to sleep? Will I be able to access medical help? Next to providing urgent support, Medical Mission Sisters advocate for those people we serve and participate in campaigns alongside other charities for a right to housing, leave to remain or safe access to medical help. We cannot go back to the same unjust social and economic structures but have to build a society where all can live in peace and safety.